Commencer

LA VOILE LEGERE

La voile légère, sport de plein air, de tactique, d’effort mais aussi d’endurance, est une merveilleuse manière de découvrir et d’approcher la nature.

Quoi de plus enivrant que de jouer avec le vent et de n’utiliser que celui-ci pour se propulser?  Voilà aussi la spécificité unique de cette discipline: s’aider du vent pour progresser, sans apport d’énergie, sans pollution mais avec de grandes sensations à la clef.

Cette véritable activité « nature » peut se décliner sur plusieurs supports qui ont chacun leur particularités … et leurs exigences:

voile legere-deriveur

Le Dériveur

est une embarcation munie d’une dérive (quille escamotable), pour la balade ou la régate, seul, à 2 ou plus…C’est une discipline très complète et technique !

 

3 paramètres essentiels – ÉQUILIBRE – DIRECTION – PROPULSION –

 

Il vous permet d’acquérir une grande finesse que vous conserverez plus tard si vous pratiquez la régate ou lorsque vous régaterez sur un voilier habitable.

 

≠ types de dériveurs peuvent être distingués :

  • Le dériveur solitaire : équipés d’une seule voile, les principaux bateaux de ce type diffusés chez nous sont l’Optimist, le Spirou, le Splash, l’Europe (pour adolescents et adultes de moins de 75 kg), le Laser radial ou standard (série olympique), le Finn (série olympique)…
  • Le dériveur en double : gréé d’une grand’voile, d’un foc et (parfois) d’un spinnaker. Les principales séries que l’on rencontrera sont le Cadet, le Vaurien, le 420, le 470 et 49er (séries Olympique), le Fireball, le 505, le Ponant
  • Le dériveur collectif : destiné à une navigation à plusieurs en promenade ou pour l’initiation. Les plus connus sont la Caravelle, le Ludic, le Laser Vago.

Le Catamaran

Il s’agit d’un bateau à 2 coques, équipé d’une, deux ou trois voiles. De nombreux modèles existent sur le marché.

 

Ils peuvent être classés en 4 grandes familles :

  1. Les moins de 14 pieds (longueur < à 4,25 m) : minis catas destinés aux petits gabarits (enfants ou poids légers en solitaire).
  2. Les 14 à 16 pieds (de 4,25 m à 5 m) : pour la promenade pour des adultes en solitaire ou en double. C’est la catégorie la plus diffusée dans les clubs et les écoles de voile.
  3. Les 17 à 20 pieds (5 m à 6 m) : nombreux modèles – souvent équipés de dérives, doubles trapèzes et spi asymétrique, ce sont des catamarans très techniques et exigeants plutôt destinés à la régate / aux raids.
  4. Les plus de 20 pieds (6 m et +) : véritables machines à manger du mille, ces catamarans sont très orientés vers le raid, la régate ou bien encore les records de vitesse.

 

Prenez goût au cata, grisez-vous de sensations. Montez au trapèze, lancez le spi, partez à la découverte en randonnée ou en raid…

 

Le premier attrait du catamaran de sport est la vitesse facile. Et lorsque vous avez goûté au cata, vous avez envie d’aller encore plus vite, de dévorer encore plus d’espace.

 

Pour progresser, plusieurs voies s’ouvrent à vous :

  • suivre un stage de perfectionnement dans une école de voile légère de la fédération afin d’y passer un brevet
  • pratiquer la régate dans un club
  • partir à la découverte en randonnée ou en raid.

 

Vous pouvez ainsi régater sur des modèles plus performants, essayer le catamaran avec spi…

Catamaran
Quillard de sport

Le Quillard de sport

A l’inverse du dériveur, la quille est ici fixe. On parle donc de bateaux plus lourds, exigeant une remorque plus élaborée pour leur transport, mais aussi d’une toute autre stabilité.

 

Plus question ici de chavirage, le lest de la quille est là pour assurer la stabilité.

 

Type d’embarcation peu présent sur nos plan d’eau, à l’exception notoire du Flying Fifteen.

 

Lancé en 1947, ce dessin visionnaire est toujours d’une brûlante actualité et connaît à l’heure actuelle un net regain d’intérêt, tout particulièrement en Belgique.

 

D’une longueur de 6 m, ce monotype facilement transportable est un bon compromis, il vous donne les sensations du dériveur avec la sécurité du quillard.

 

En savoir plus sur le site de la classe internationale et en découvrant les règles de jauge de la classe.

La Planche à voile

Sur une planche à voile, vous seul pouvez trouver votre équilibre en dosant le vent dans la voile.

 

En récompense de vos efforts, vous serez peut-être un jour encore sur l’eau par forte brise lorsque les dériveurs et catamarans ne mettront plus le nez dehors.

 

Direction et propulsion se découvrent de manière souvent instinctive, puis se maîtrisent à l’aide d’éléments théoriques.

 

Beaucoup d’écoles de voile recommandent d’attendre l’âge de 12 ans pour débuter! Toutefois, des écoles de plus en plus nombreuses initient les petits, en douceur, sur des planches au gréement ultra léger, destinées aux 5-9 ans.

 

Comme pour le dériveur, au fil de votre pratique et de votre perfectionnement, vous serez certainement tenté de valider votre progression en passant des brevets auxquels préparent les écoles de voile de certains de nos clubs.

 

2 clubs sont plus spécifiquement orientés vers la planche à voile :

voile legere-planche
Voile Radio Commandée

La Voile Radio Commandée

La discipline de VRC est reconnue depuis longtemps par l’autorité internationale ISAF à travers la International Radio Sailing Association (IRSA), membre associé de l’ISAF.

 

Au niveau international, 4 classes sont reconnues :

  • la classe « International One Meter » (IOM)
  • la classe « Marblehead » (M)
  • la classe « IRC A »
  • la classe « Ten Rater »

 

Depuis 2011, cette activité s’est structurée au sein de notre fédération, plus particulièrement grâce à l’Association Francophone de Voile Radio Commandée (AFVRC).

 

Au niveau international, la classe IOM suscite un élan d’enthousiasme : le nombre de pratiquants est en constante augmentation et les voiliers ne cessent de s’améliorer. Cette évolution a conduit la classe IOM à donner naissance à sa propre association internationale de classe, à savoir l’IOMICA afin de mieux répondre et de réagir aux besoins de ses nombreux adhérents.

 

Les activités de l’AFVRC sont également reconnues par cette instance internationale.

Missions de l’AFVRC :

–      promouvoir et développer les activités de voile radiocommandée en Belgique selon les règles fixées par l’autorité internationale de ce sport.

A cet effet, elle offre :

  • une structure permettant la gestion des classes de voiliers radiocommandés : délivrance des numéros de voile, de coques, organisation de la jauge des voiliers et délivrance des certificats aux propriétaires
  • un support à l’organisation de régates et événements pour ses membres et adhérents
  • un cadre procurant aux membres et adhérents tous les éléments leur permettant de pratiquer et d’évoluer dans cette activité

Les principales règles de la classe IOM

Ces règles permettent de construire des coques très variées, compétitives qui peuvent être réalisées à des coûts très modiques.

  • Longueur de coque : 1 mètre maximum
  • Poids : 4kg minimum
  • Lest maximum : 2,500 Kg
  • Tirant d’eau maximum : 420 mm
  • Dimensions et matériau des voiles de quille et safran libres
  • 3 gréements monotypes (répondant à des contraintes précises de taille et d’accastillage)
  • Le gréement est composé uniquement d’un foc et d’une grand-voile
  • 2 voies seulement pour la radiocommande
  • Les matériaux exotiques (carbone, Kevlar,..) sont interdits pour la fabrication des coques.

Les principales règles de la classe M

Ces règles permettent de construire des voiliers avec beaucoup de liberté tant au niveau des matériaux et des formes.

  • Longueur de coque : entre 127 et 129 cm
  • Tirant d’eau maximum : +/- 70 cm
  • Matériau des coques, quille, safran, gréement sont libres
  • Le gréement est composé uniquement d’un foc et d’une grand-voile
  • 9 gréements différents sont autorisés (surface de voilure max. 51,6 dm² – dimensions libres)
  • Hauteur max de voilure depuis le pont : 216 cm

La classe M est à la VRC ce que la F1 est à la course automobile.

STAND-UP PADDLE

Plus d'infos

Encore méconnu il y a quelques années, le Stand-up Paddle (SUP) est le dernier sport de glisse nautique en plein développement !

 

Le SUP consiste à se déplacer debout sur une grande planche, à l’aide d’une pagaie. Ludique, accessible à tous et facile à apprendre, il se pratique aussi bien en mer que sur des lacs, en eaux douces calmes ou en rivières où le courant serait plus fort !

 

Destiné dans un premier temps à la balade, on peut aujourd’hui le pratiquer en compétition.

LA PLAISANCE FLUVIALE – MER

La plaisance est l’activité nautique qui est pratiquée pour les loisirs, avec des véhicules nautiques de plaisance (bateaux à voile et à moteur, véhicules amphibies, motos aquatiques, aéroglisseurs, hydravions, sous-marin de poche).

Port
Yacht_Pershing_90

1 journée

1 semaine

Voir plus….

Une échappatoire au stress qui vous entoure !

Plus d'infos

Les « bateaux de plaisance » sont à voile ou à moteur et de taille variable. Ils sont tous conçus et aménagés exclusivement pour le loisir (ex: sorties de courte durée, croisières ou régates de détente).

 

Contrairement aux bateaux de courses et à certains bateaux à usages professionnels (bateaux de pêche, de commerce…), ils privilégient le confort et la sécurité des passagers à la performance de l’engin.

 

Chaque type de bateau est adapté à une utilisation spécifique. Leurs caractéristiques techniques en dépendent, de même que les matériaux de construction ou encore la taille de l’embarcation.

Trouvez un club près de chez vous !

Copyright © 2016 FFYB.be Design by Bauduin David

X